Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques de livres

Critiques de livres

Par Pauline-Gaïa Laburte


Sable – Wolfgang Hernndorf / Note : 04/20

Publié par Pauline-Gaïa Laburte sur 21 Septembre 2014, 13:11pm

Catégories : #roman etranger

Sable – Wolfgang Hernndorf / Note : 04/20

RENTREE LITTERAIRE 2014

Sable : le titre du roman de Wolfgang Hernndorf est parfaitement adapté à son récit, car on peut à coup sûr considérer qu’ici, le personnage principal est bien le décor, cette immense étendue désertique dont le lecteur ignore l’emplacement précis, quelque part dans un Maghreb mystérieux. Quant aux humains qui peuplent les pages d’Hernndorf, difficile d’en dresser le portrait. L’auteur nous les présente avant de les escamoter brutalement, tout en usant et abusant des changements de points de vue, alternant allègrement première et troisième personne sans préciser au lecteur qui a la parole. On finit tout de même par saisir au vol : une communauté de hippies sur le retour dans laquelle un quadruple meurtre a été commis, un inspecteur de police pas convaincu de la culpabilité de l’accusé, un homme amnésique après avoir été assommé dans le désert, une jeune et belle Américaine débarquée par paquebot. Qui sont-ils vraiment, quel est leur rôle dans le récit, quel est leur lien ? Wolfgang Hernndorf nous laisse dans le flou. De même, on ne sait jamais vraiment où se déroule l’intrigue, ni à quelle époque. Ni même si intrigue il y a. L’enchaînement des chapitres m’a donné le sentiment d’une cacophonie sans chef d’orchestre. Alors, comme dans un mauvais concert, j’ai quitté la salle avant la fin.

La quatrième de couverture nous annonce qu’ « entrer dans ce livre suppose d’accepter de perdre pied, d’abandonner ses habitudes de lecture et son horizon d’attente ». C’est on ne peut plus juste. Mais à risquer de surprendre le lecteur, on peut finir par le perdre complètement. Finalement, pour moi ce roman ressemble sans nul doute à sa toile de fond: des grains de sable qui glissent entre nos doigts écartés, nous laissant la main vide.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents