Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques de livres

Critiques de livres

Par Pauline-Gaïa Laburte


Dans la peau d’un noir - John Howard Griffin / 17/20

Publié par Pauline-Gaïa Laburte sur 24 Mai 2016, 09:14am

Catégories : #documentaire, #roman etranger

Dans la peau d’un noir - John Howard Griffin / 17/20

« Une idée m'avait hanté, pendant des années, et cette nuit-là, elle me revient avec plus d'insistance que jamais. Si au cœur des États du Sud, un Blanc se transformait en Noir, comment s'adapterait-il à sa nouvelle condition ? Qu'éprouve-t-on lorsqu'on est l'objet d'une discrimination fondée sur la couleur de peau, c'est-à-dire sur quelque chose qui échappe à votre contrôle ? »

En 1959, pendant trois mois, l’écrivain et journaliste John Howard Griffin va faire l’expérience de vivre comme un Noir américain. Après s’être exposé aux ultraviolets et avoir suivi un traitement destiné à foncer sa peau, il change d’identité et par à la découverte du Sud des Etats-Unis, alors en pleine ségrégation raciale. Le voilà interdit d’entrer dans les cafés réservés aux Blancs, insulté dans la rue, empêché de trouver du travail. Un simple trajet en bus lui fait connaître les pires humiliations. De l’Alabama à la Nouvelle Orléans en passant par le Mississippi, Griffin s’aperçoit qu’il est devenu de facto un citoyen de seconde zone, voire carrément un humain de seconde zone. Même si certains Blancs font preuve d’humanisme, les mieux intentionnés ne peuvent se défaire tout à fait de leurs préjugés. Lors d’une épique série de voyages en autostop, l’auteur raconte ainsi que ses chauffeurs – Blancs – ont voulu lui faire avouer bon nombre de pratiques sexuelles qu’ils pensaient typiquement noires et se sont permis une liberté de parole qu’ils n’auraient pas eu avec leur meilleur ami. Mais, au bout du compte, le plus impressionnant est que Griffin ne fait plus semblant d’être Noir, il devient Noir à proprement parler. L’identité Noire se forgeant dans cette lutte commune contre le racisme blanc.

Extrêmement marqué par l’expérience, Griffin décide alors d’alterner les phases où il est Blanc et celles où il est Noir, afin de souligner encore plus les différences de traitement auxquelles il a droit. Et s’en est consternant de bêtise humaine, révoltant de racisme, qu’il soit larvé et rentré ou clamé haut et fort. Aux Etats-Unis, le reportage a fait scandale et John Howard Griffin s’est vu menacé de mort. On aimerait croire que les choses ont changé mais les récents évènements contre la communauté Noire américaine font du récit un témoignage tristement contemporain.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents