Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques de livres

Critiques de livres

Par Pauline-Gaïa Laburte


Le monde à l'endroit – Ron Rash⎥ Note: 15/20

Publié par Pauline-Gaïa sur 18 Mars 2013, 22:57pm

Catégories : #roman etranger, #grand prix des lectrices de elle

Le monde à l'endroit – Ron Rash⎥ Note: 15/20

« Travis tomba sur les pieds de marijuana en pêchant dans Caney Creek. C’était un samedi, la première semaine d’août, et après avoir aidé son père à pincer le tabac toute la matinée il avait eu le restant de la journée pour lui. Il avait enfilé sa tenue de pêche et suivi cinq kilomètres de chemin de terre pour aller au bord de la French Broad. Il roulait vite, la canne et le moulinet bringuebalant bruyamment sur le plateau du pick-up qui soulevait dans son sillage un nuage de poussière rouge. »

Et la découverte de ce champ de cannabis va changer le cours de la vie de Travis Shelton. Car quoi de plus simple d’en arracher quelques tiges pour les revendre afin d’arrondir ses fins de mois ? Mais c’est sans compter la conception toute personnelle de la justice de Carlton Toomey, le propriétaire de la « plantation », qui décide de le prendre au piège et de le punir en lui sectionnant le talon d’Achille. A partir de là, tout va de travers – contrairement au titre de ce nouveau roman de Ron Rash. Travis quitte le domicile familial en claquant la porte, las des reproches incessants de son père et part se réfugier chez Leonard, un ancien prof reconverti en dealer. Le monde à l’endroit devient alors un roman d’apprentissage, une quête de l’identité du protagoniste, mais aussi de toute une communauté, toujours marquée par les secrets de la guerre de Sécession.

Le roman de Ron Rash est avant tout terrien et poétique : on sent l’odeur humide de l’humus des sous-bois, le goût métallique de l’eau glacée des torrents, dans l’ombre des Appalaches impérieuses. Le contraste entre cette beauté et les vies médiocres des habitants de Shelton Laurel est d’autant plus saisissant. Rash nous décrit une classe moyenne embourbée dans l’échec, qui ne se donne pas les moyens de sortir de sa misère financière et intellectuelle. Le personnage de Travis apparaît en quelque sorte comme un rédempteur, qui va permettre à la communauté toute entière de se racheter, pour ses péchés présents et passés.

On n’est cependant pas convaincu que l’ « intrigue » ayant trait à la guerre de Sécession apporte grand-chose au roman. La connexion entre les deux époques et les deux histoires et selon nous manquée. Malgré tout, Le monde à l’endroit reste un bon roman, lyrique, bien écrit, et que l’on a plaisir à lire jusqu’au bout.

Lu dans le cadre du

Le monde à l'endroit – Ron Rash⎥ Note: 15/20

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents