Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques de livres

Critiques de livres

Par Pauline-Gaïa Laburte


Tabloid City – Peter Hamill⎥ Note: 08/20

Publié par Pauline-Gaïa Laburte sur 11 Avril 2013, 17:57pm

Catégories : #grand prix des lectrices de elle, #policier

Tabloid City – Peter Hamill⎥ Note: 08/20

Un journaliste de presse aux doigts tachés d’encre qui doit dire adieu à la presse papier. Un flic qui enquête sur la mort d’une philanthrope et de son employée. A jeune reporter aux dents longues à la recherche du scoop. Un requin de Wall Street poursuivi par le FBI. Une mère de famille mexicaine qui se retrouve au chômage. Un extrémiste islamiste qui n’a plus rien à perdre. Dans Tabloid City, Peter Hamill entrecroise le destin de dizaines de personnages pour recréer la ville qui l’inspire depuis toujours : New York.

Premier constat. L’alternance des différents personnages – qu’Hamill envisage certainement comme un reflet du visage cosmopolite de New York – est artificielle, certains n’apportent rien à l’histoire, traversant le roman comme des ombres sans consistance. Ces sauts incessants du coq à l’âne donnent l’impression au lecteur que ces hommes et ces femmes vivent les uns à côté des autres et non les uns avec les autres. Même les principaux personnages manquent de chair, comme Sam Briscoe, le vieux journaliste, qui semble à peine touché par l’assassinat brutal de « l’amour de sa vie » (même pas une larme, c’est ça le boulot).

L’intrigue manque de consistance ; on nous parle d’un meurtre, certes, mais celui-ci semble complètement anecdotique dans le déroulement de l’histoire : il intervient après une centaine de pages et sa résolution ne pose aucun problème. La thèse du terrorisme tout comme la disparition d’un homme recherché par le FBI arrivent comme un cheveu sur la soupe ; on dirait presque qu’Hamill, sentant qu’il ne va nulle part avec son double meurtre, cherche à rajouter du piquant et du suspense par tous les moyens. Il y a trop de coïncidences (que le lecteur qui a compris le rôle de la bibliothécaire dans la chasse au terroriste lève la main…).

Alors oui, le contexte de la fin des journaux papiers, des grandes rédactions qui coulent et du triomphe d’Internet est intéressant. Le style d’Hamill est d’ailleurs particulièrement adapté à cette ambiance éditoriale : on entend presque dans ses phrases courtes et sans artifice le staccato de la machine à écrire. Mais l’auteur semble avoir oublié qu’être journaliste, c’est aussi intriguer le lecteur, lui raconter une histoire, le surprendre avec la chute.

Lu dans le cadre du

Tabloid City – Peter Hamill⎥ Note: 08/20

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents