Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques de livres

Critiques de livres

Par Pauline-Gaïa Laburte


Meurtres à la pomme d’or – Michèle Barrière⎥ Note: 10/20

Publié par Pauline-Gaïa Laburte sur 8 Juillet 2013, 16:23pm

Catégories : #roman francais

Meurtres à la pomme d’or – Michèle Barrière⎥ Note: 10/20

An de grâce 1556 à Montpellier, pour faire plaisir à son père, François étudie la médecine. Mais sa seule et unique passion est la cuisine, et il rêve de publier un jour une somme qui reprendra les meilleurs plats de tous les temps et lui vaudra les honneurs. En attendant ce jour bénit, il étudie l’anatomie sous la houlette du Docteur Rondelet, et la préparation des remèdes avec Maître Catalan, apothicaire de son état. Jusqu’au jour au Catalan est accusé du meurtre de plusieurs montpelliérains, morts dans d’atroces souffrances, empoisonnés. François et son amis Félix vont alors mener l’enquête, de Montpellier à Padoue en passant par Marseille et Bologne, afin de dénicher la mystérieuse plante venue des Amériques qui permettra d’incriminer les véritables coupables.

Meurtres à la pomme d’or est présenté comme un roman noir et gastronomique, et c’est peut-être bien cette description qui est décevante. Mieux aurait valu faire figurer ce roman sous l’appellation « Voyage historique et culinaire ». On aurait été plus près de la réalité du texte. En effet, le livre de Michèle Barrière n’est pas un polar : le suspense est bien faible, l’intrigue, totalement secondaire, le dénouement, basé sur une succession de devinettes que sur de réels indices. L’avancée de l’enquête tient surtout à la bêtise des méchants, qui s’empressent de révéler en détails leurs plans diaboliques, dès que les oreilles de nos héros traînent dans les parages.

Le personnage principal, François, semble par ailleurs bien peu préoccupé par le sort de Maître Catalan, qui est pourtant soumis à la question en prison. Il préfère découvrir le monde à son rythme et faire bombance dès qu’il le peut.

On aurait également aimé que l’auteur attache un peu plus d’importance au style. Les dialogues ont l’air d’être des copiers collers de passage d’encyclopédie, et certains (longs) paragraphes semblent tout droit sortis de guides touristiques, sans aucun remaniement stylistique.

Finalement, l’intérêt de Meurtres à la pomme réside dans l’ambiance de l’époque que Michèle Barrière s’attache à recréer : la vie sociale, politique, religieuse et artistique de l’époque, les recettes de cuisines qui fascinent tant François, la bataille entre les apothicaires et les épiciers. Du potentiel, mais une mise en œuvre un peu faiblarde.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents